L’imprimerie est en proie à de nombreuses idées reçus. Entre les soucis écologiques, la surproduction de papier, la consommation d’encres, les produits utilisés, le secteur de l’imprimerie a souvent une mauvaise image. Cependant, notre secteur est au contraire tourné vers son amélioration : réduction de la consommation de papier, recyclage massif, choix de produits moins dangereux, label. Seulement certaines idées restent encore bien ancrées : le papier, pollue-t-il vraiment autant que ce que l’on croit ?

Mythes : le papier pollue

  • Le papier est composé de fibres de bois, ce qui signifie pour la majorité une découpe nécessaire des arbres. Cette découpe contribuerait donc à la déforestation massive de ces dernières années. En effet, environ 17% de la forêt amazonienne aurait disparu ces dernières années et de nombreuses associations écologistes portent des accusations sur la production de papier.
  • La production de papier est une activité industrielle intensive en énergie. La consommation de CO2 est un sujet qui préoccupe de nombreuses personnes, car elle est responsable en grande partie de la pollution de l’air dont nous faisons face depuis la révolution industrielle.
  • La production de papier et le papier en lui-même ont de nombreux impacts socio-environnementaux. La fabrication du papier, au début de son processus jusqu’à la finalisation de celui-ci consomme énormément. En effet, une consommation d’eau importante est demandée pour constituer les matières premières de ce support. De plus, lors de la fabrication de celui-ci, les machines nécessaires à la fabrication consomment également de nombreuses énergies. Enfin, lors de l’impression, les encres utilisées sont également responsables de la pollution environnementale.

Réalité : Le papier est l’un des rares produits durables

  • Contrairement à ce que l’on peut penser, le papier est l’un des rares produits durables. En effet, le papier est un produit naturel puisqu’il est produit, à partir de jeunes arbres qui sont coupés pour laisser pousser d’autres arbres. L’industrie de l’impression fait donc en sorte de ne travailler qu’avec des forêts dites durable.
  • De plus, le papier, malgré ses nombreuses transformations, continue d’absorber le CO2 présent ce qui nous permet de respirer.
  • L’impression produit aujourd’hui le papier recyclé. Il est important de noter que pour obtenir le papier recyclé, il est nécessaire d’avoir dans un premier temps une fibre neuve. De ce fait, le papier recyclé est important, car il permet de réutiliser ces fibres dans le but de recréer un papier.
  • 30% du bois utilisé provient des chutes de scierie afin d’éviter tout gaspillage.
  • Au cours de ces dernières années, la fabrication de papier est devenue différente dans le but de toujours moins consommer : 60% des matières premières utilisées proviennent du recyclage, 40% des énergies fossiles utilisés auparavant sont remplacé par de la biomasse ce qui réduit de 50% les émissions de CO2 enfin les papetiers ont diminués le rejet d’eau de 80% en la recyclant.

Comme beaucoup de choses qui constituent notre vie quotidienne, le papier contribue à la pollution. Mais bien moins que ce que l’on pouvait penser. Conscients de l’impact écologique, les papetiers et les imprimeurs font en sorte de conserver leurs services en réduisant leur impact sur l’environnement. Ainsi, le papier est victime de sa réputation, car il n’est pas complètement responsable de la déforestation, de la pollution massive.